Guide ultime du .ci pour les startups web ivoiriennes !

Eu apeirian probatus scriptorem mea. Usu ea unum congue suavitate, no oratio blandit eos, vitae phaedrum.

  • Nanda
  • .ci, ARTCI, CMS, DNS, IP, Lifestyle, Nom de domaine, PAAS, Registrar, startup, weblifestyle
  • Lifestyle
  • 01, janvier

Bonjour à tous, mes vœux les meilleurs pour cette année 2014, je sais je suis un peu en retard, mais mieux vaut tard que jamais.

Alors que j’étais en train de réfléchir à ma vie, eh oui ! eh oui ! Voici, mon ami Regis Bamba tout en colère :

– Nanda, je n’en peux plus

– Ahi ? Y a quoi ?

Et le voilà qui se lance dans un discours incompréhensible, on aurait dit qu’il me parlait en Yacouba (son ethnie).

En gros, il me faisait comprendre tous les problèmes qu’il rencontrait avec le .ci . Et là, il s’apprêtait à publier un truc pour expliquer les difficultés qu’il rencontrait et donner une astuce aux autres qui étaient dans le même pétrin que lui.  Et moi comme un vautour j’ai sauté sur l’occasion pour en faire un billet.

De Régis Bamba

Vous êtes une startup ivoirienne avec une idée d’application et vous souhaitez acheter un nom de domaine en .ci pour celle-ci ? Ce petit guide vous permettra d’économiser du temps.

.ci

Tout d’abord, quelques définitions :

– Adresse IP : l’adresse Internet (unique) d’un serveur (web, email, etc.)

– Nom de domaine : un nom qui pointe vers une adresse IP, il est plus facile à retenir.

– DNS (Domain Name System) : système qui se charge d’indiquer au reste du Web la liaison entre vos noms de domaine et leurs adresses IP respectives.

– Registrar : le revendeur qui s’occupe de l’enregistrement de votre nom de domaine auprès de l’ARTCI (l’organisme charge de la régulation du .ci)

Vous devez d’abord choisir un Registrar qui se chargera de l’enregistrement de votre nom de domaine, si celui-ci est disponible. La procédure de vérification de disponibilité d’un nom de domaine est manuelle et doit se faire par email auprès de l’ARTCI par votre registrar (pour chaque nom de domaine!).

Vous avez le choix entre plusieurs revendeurs de la place. Le coût est de 10 000 FCFA. Choisissez prudemment votre registrar, ne vous laissez pas embobiner par les promotions qui ne sont que temporaires. La procédure de transfert auprès d’un autre registrar se fait aussi manuellement auprès de l’ARTCI et n’est pas aisée. Personnellement je vous recommande Epistrophe (Qualité de service = 10/10).

Ensuite vous devez choisir un serveur d’hébergement pour votre application (pour stocker et exécuter le code source de votre application).

S’il s’agit d’un simple site statique ou d’un blog propulsé par un CMS alors vous pouvez prendre un hébergement chez votre registrar. Dans ce cas de figure, le registrar vous donnera accès à un espace de stockage, une base de données, des adresses email, et à un service DNS. La plupart du temps, vous serez mis en hébergement mutualisé avec d’autres clients, donc vous serez toujours limité.

Par contre s’il s’agit d’une application plus complexe (plusieurs web services, serveurs de base de données, besoin de scalabilité instantanée), un hébergement mutualisé chez votre registar ne sera pas suffisant, et vous aurez surement déjà votre code source mis en production sur une PAAS (Google App Engine, Amazon, Heroku, Linode…)

Dans ce cas de figure, vous devez utiliser votre DNS pour pointer votre nom de domaine sur votre serveur d’application. Pour indiquer (ou changer) les DNS de votre serveur, vous devez envoyer un email à votre registrar qui enverra un email à l’ARTCI pour que celui-ci mette à jour vos DNS (encore une fois un travail manuel). Pour vous faciliter la tâche, je vous conseille d’utiliser DNSSimple comme service DNS pour votre nom de domaine. Vous aurez l’esprit tranquille quant à la gestion de toute sorte d’enregistrement DNS (CNAME, A, TXT, MS, SPF, SRV…).

En espérant vraiment que l’ARTCI améliore les choses bientôt.